Jeune et confiné !

Ayoub - 25 ans - Inscrit depuis avril 2019

 

"D'un point de vue personnel, comment vis-tu cette période de confinement ?"

 

"Paradoxalement, je vis une de mes meilleures périodes depuis mon arrivée en France, en avril 2019 (en provenance d'Italie, NDLR), car j'ai trouvé du travail dès la deuxième journée de confinement. Du coup, je pars travailler à Sainte-Colombe-en-Bruilhois 5 jours sur 7, de 5h à 12h. J'en profite pour faire les courses, quelquefois, juste après le boulot. Sinon, une fois rentré à la maison, je ne sors jamais. Je ne veux prendre aucun risque pour ma santé et respecter les règles mises en place. À la maison, je dors ou regarde la télé."

 

 

"Ainsi tout s'accélère, professionnellement, pour toi ?"

 

"Oui. C'est mon premier travail rémunéré depuis que je vis en France. Tout est allé très vite. Le matin, j'ai vu une offre d'emploi de préparateur de commandes, publiée sur le compte Instagram de la Mission Locale de l'Agenais, de l'Albret et du Confluent. J'ai envoyé mon CV et une conseillère emploi m'a contacté dans l'heure suivante, me donnant de plus amples informations sur le poste. Dans l'après-midi, 3 agences d'Intérim m'ont appelé et ont procédé à un entretien téléphonique ! Elles m'ont indiqué que l'employeur était U Logistique, pour travailler sur leur site de Sainte-Colombe. J'ai choisi de collaborer avec Proman. Je suis allé chercher le matériel de protection et le lendemain, j'étais sur place, chez mon nouvel employeur."

 

 

"Cette expérience de travail s'avère-t-elle positive ?"

 

"Très positive ! Déjà, tous les nouveaux arrivants se sont vus offrir la formation CACES 1. Les supérieurs hérarchiques se montrent très gentils avec le personnel et prennent soins de leurs salariés. Par exemple, des pizzas bien chaudes nous attendent souvent à l'heure de la pause déjeuner !"

 

 

"Qu'en est-il de ta relation avec la Mission Locale ?"

 

"Là aussi, je n'en tire que du positif ! J'ai établi une relation saine, de confiance, avec mes différents interlocuteurs. Disons que pour moi, la Mission Locale représente la fiabilité. J'ai un permis de travail depuis peu, il date de novembre 2019. De ce fait, à mon arrivée en avril 2019, ne pas pouvoir travailler ni toucher de salaire, cela m'a assez désemparé. Mais ma conseillère m'a fait reprendre confiance en moi et m'a poussé vers un job de bénévole, au Hang'ART. Là-bas, je me suis éclaté, entre les travaux à la cuisine et à la plonge. La Mission Locale m'a aussi permis de prendre des cours de langue française, via Syllabe. Et maintenant, je trouve du travail grâce à elle, alors qu'en cette période si exceptionnelle, je serais certainement resté chez moi, enfermé !"

 

 

"Quels sont tes projets d'après-confinement ?"

 

"En fait, j'ai surtout UN projet ! Je vais entamer une formation de 8 mois en aéronautique, à l'Epide de Bordeaux. Crise sanitaire oblige, la rentrée a été repoussée, j'attends donc qu'ils me donnent une nouvelle date."

 

 

galerie photo