Coup de coeur Jeune : Jordan

Rédaction : Bonjour Jordan 

Jordan : Bonjour !

 

R : Pour débuter, peux-tu te présenter ?

J : Je m’appelle Jordan, j’ai 22 ans. J’habite Agen depuis que j’ai 17 ans. Je suis venu seul pour rejoindre mon oncle qui habite à côté d’Agen, c’était un choix de ma part. Avant, j’avais toujours vécu en banlieue parisienne, dans différents coins. C’était jamais stable. Et comme j’étais plutôt du genre influençable, j’ai vite déconné et stoppé mes études à 15 ans, dès la troisième. J’avais besoin de changer d’air !

 

R : Quand as-tu poussé les portes de la Mission Locale pour la première fois ? 

J : Au début de l’année 2017, je m’en souviens bien. Financièrement, j’étais vraiment en galère, j’avais enchaîné les dépenses avec les fêtes de Noël et de la nouvelle année. J’avais besoin d’un job mais je n’avais jamais eu d’expériences de travail rémunérées. En fait, la seule chose que j’avais fait – hormis des petits trafics à droite et à gauche – c’était de rénover de fond en comble la maison de mon oncle. Je me suis donc inscrit à la Mission Locale plein de motivation mais aussi avec plein d’interrogations en tête. Vers quel métier m’orienter pour gagner quelques sous ? Est-ce que j’allais être à la hauteur ?

 

R : Que retiens-tu de ton expérience avec la Mission Locale ?

J : Déjà, mon conseiller m’a clairement pris sous son aile. Il a pris le temps de m’écouter, j’ai pu lui partager mes impressions sur ma situation personnelle, familiale, mais aussi lui parler de mes craintes concernant l’avenir. Je me dévalorisais beaucoup car je n’avais jamais travaillé auparavant, j’avais l’impression d’avoir perdu plein de temps à ne rien faire, juste à profiter de la vie et rigoler avec les potes. Mon conseiller a vite compris que je souhaitais réellement me lancer mais que je n’avais pas encore les clés. Il m’a positionné sur plein d’actions : confiance en soi, rédaction du CV et de la lettre de motivation et, bien sûr, orientation vers un métier.

 

R : Du coup, tu t’es orienté vers quel métier ? 

J : La peinture en bâtiment ! Comme je l’ai dit, avec mon oncle, on a entièrement retapé sa maison, tous les deux. J’avais passé beaucoup de temps sur les travaux de peinture mais ma technique restait frustre. Néanmoins, j’avais adoré l’expérience. Naturellement, j’ai entamé une formation au BTP CFA de Lot-et-Garonne. Au début, j’appréhendais beaucoup de retrouver les bancs de l’école. C’était particulier car, avec les études, j’étais parti sur un sentiment fort d’échec. On en a beaucoup parlé avec mon conseiller, en amont. Et il a su trouver les bons mots pour m’aider à franchir le pas, écrire une nouvelle page sans me tourner vers le passé. Ca a marché ! Et j’ai pris un plaisir fou à apprendre les bases du métier, j’ai d’ailleurs fini parmi les meilleurs de la classe. Quand j’ai obtenu mon diplôme, j’étais vraiment fier, je sentais comme une sorte de déclic.

 

R : Et après ?

J : Je n’ai pas eu le temps de gamberger ! En fait, j’ai trouvé du boulot rapidement, dans une entreprise de BTP située sur Agen. J’ai été vite adopté par mon patron et mes collègues, ce qui m’a permis de m’épanouir et de donner le meilleur de moi-même. Une vraie transformation. Ca fait maintenant trois ans que je bosse pour cette boîte et je ne suis pas près de la quitter. Par le biais de ce travail, j’ai désormais mes repères, je me sens à l’aise car je suis respecté par les autres et, surtout, on me fait confiance. Mes collègues savent que je vais assurer, du coup je travaille relâché, sans me poser plein de questions.

 

R : Pour conclure, quelques mots sur la Mission Locale ?

J : C’est simple : sans la Mission Locale, je ne serais pas la même personne. A un moment donné, j’avais besoin d’une main tendue et j’ai reçu celle de la Mission Locale. Qui sais quelle personne je serai devenue si cette main tendue n’était jamais arrivée ?

 

R : Et bien, Jordan, nous te remercions d'avoir répondu à nos questions. À bientôt !

J : Ce fut un plaisir. À bientôt !

 

 

galerie photo